L’utopie de l’UniverCité du Soin

L’UniverCité du Soin est une utopie émergée de l’action et de la volonté de citoyens. Des citoyens qui participeraient au Soin, à un Art du Soin dont nous sommes tous porteur, d’un soin qui se donne au delà du paradigme médical et du système de santé, sans que ce soin ne soi également. D’un système de santé créé ou sensé l’avoir été pour être à leur service, et donc de participer à ce qui les concerne.

Cette UniverCité du Soin devenue réalité en 2018 en prolongement de deux utopies également devenues au fil du temps des réalités qui mériteraient de pouvoir se répandre auprès de ceux que cela intéresse, avec donc au premier chef, les citoyens qui le désirent en ayant conscience des tenants et des aboutissants. Ces deux utopies, devenues réalités, sont le lien entre la médecine et la culture diffusée au plus grand nombre, une démarche initiée en 2015 par l’association citoyenne Maison de la Médecine et de la Culture, dite MMC, qui permet à chaque citoyen, habitant de s’interroger à partir d’œuvres d’Art sur la relation de soin comme plus largement sur les grands enjeux de santé qui nous concernent tous et l’émergence en 2010 à l’issue de premiers travaux initiés au début des années 2000 (Thiery, Flora, 2004 [1]; Flora, 2007 [2]; 2012 [3]), d’un nouveau modèle relationnel sur l’île de Montréal, le partenariat de soin avec le patient (Dumez, 2012 [4]; Karazivan et al, 2015 [5]), soit un modèle dit de Montréal (Pomey et al, 2015) [6] qui porte la complémentarité des savoirs de chacun pour la création d’un commun.

Ces deux utopies devenues réalités se sont rapidement rencontrées après la création de la MMC depuis 2015 réalisant une greffe réussie par l’émergence de ce concept d’UniverCité du Soin . Elles ont donné lieu à différentes formes d’interventions sociales qui s’imbriquent donc dans un ensemble que désigné UniverCité du Soin comme les organisations qui les portent.

Ainsi certaines actions sont menées par l’une ou l’autre des organisations, telles les ciné-rencontres-débats qui peuvent avoir lieu dans divers lieux de la Cité, de la ville de Nice et alentour comme par exemple au cinéma de Beaulieu, ou la recherche financée par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) devant créer un portail d’applications mobiles utiles pour les patients ou la relation médecin patient. Mais de nombreuses actions sont coorganisées comme par exemple le DU Art du Soin en partenariat de soin avec le patient, formation primée comme innovation pédagogique de formation tout au long de la vie.

En conclusion, selon moi, l’UniverCité du Soin propose de promouvoir dans les représentations et les comportements un Art du Soin du 21ème siècle. C’est à dire un Soin qui se tisse dans la complémentarité des savoirs de chacun dans le respect de l’ensemble des acteurs devenant ainsi co-auteurs. Un Art du Soin qui considère possible que le patient soit un soignant pour ses propres soins. Un Art du Soin que ne se résume par au soin médical, voire à l’acte médical, sans les exclure. Un culture du soin du 21ème siècle, selon les contours définis dont la diffusion s’organise à travers les différents évènements tels : les cinés-rencontres-débats, ses superbes évènements d’éducation populaire dans le domaine de la santé, les séminaires internationaux de médecine narrative annuellement depuis 2018 en partenariat avec le programme sur les humanités médicales de l’université de Lisbonne grâce à la présence répétée de Maria Jesus Cabral ; le DU Art du Soin en partenariat avec le patient, les visioconférences (E-ETP, nouvelles perspectives), les colloques (Flora, Darmon, Benattar, 2019) [7] . Une nouvelle culture également portée par les patients partenaires et leur relais.

Une transformation qui s’ajuste aux usages du 21ème siècle en réponse aux mutations qui s’organise également par le biais des organisations actuelles et futures. Des organisations portées par des équipes dont un colloque numérique, digital sera le sujet dès le début de l’automne 2020 (contact à cet effet), sous l’impulsion du CI3P dans l’attente du 2ème colloque sur le partenariat de soin avec le patient prévu pour se tenir à Toulouse en septembre et reporté au 1er semestre 2021, sur la conduite de changement.

Des organisations qui permettent ces actions qui sont menées, la MMC, le CI3P, l’Alliance sans frontières sur le partenariat de soin avec le patient, qui génère un réseau international qui se renforce mois après mois depuis sa création en clôture du 1er colloque international sur le partenariat de soin avec le patient en France organisé à Nice à l’automne 2019, le LAPCOS et plus particulièrement le groupe de recherche CHERPA (groupe de recherche composé de médecins, psychologues, anthropologues et patients) (Faure et al, 2020) [8], et le laboratoire de recherche RETInES (laboratoire de recherche « Risques, Epidémiologie, Territoires, INformation, Education, Santé »)  deux équipes de recherche en partenariat avec le patient de l’Université Côte d’Azur, ou encore le Centre de Recherche Juridique de l’université Paris 8 (CRJP8). Une constellation supportée par la Haute Autorité de Santé (HAS) dans le projet de chaire française de recherche sur le partenariat de soin avec le patient, à l’image de la chaire de recherche Canadienne ouverte en 2016, qui a permit l’émergence du centre d’Excellence du partenariat avec les patients et le public (CEPPP), auquel l’auteur de ce billet contribue, comme il contribue à la chaire de recherche en évaluation des technologies et des pratiques de pointe, également intégrée dans le centre d’excellence Canadien.


Références bibliographiques


[1] Thiery C., Flora L. (2004). : Internet au service des malades chronique », en sciences de l’éducation, spécialité « réseau numérique et technologies de communication, » Diplôme d’Etude Supérieur Universitaire (DESU/Maitrise), Université Vincennes Saint Denis – Paris 8

[2] Flora L. (2007). Le patient formateur auprès des étudiants en médecine. Maitrise de droit de la santé, Université Vincennes Saint Denis – Paris 8.

[3]  Flora L. (2012). Le patient formateur : élaboration théorique et pratique d’un nouveau métier de la santé. Thèse de doctorat de sciences sociales, spécialité « Sciences de l’éducation », Université Vincennes Saint Denis – Paris 8, campus Condorcet.

[4] Dumez V. (2012). The patient: A missing partner in the health system: Vincent Dumez at TEDxUdeM, Polytechnique Montréal, Université de Montréal, Québec, Canada.

[5] Karazivan P., Dumez V., Flora L., Pomey M.-P., Del Grande C., Guadiri S., Fernandez N., Jouet E., Las Vergnas O., Lebel P. (2015), « The Patient as Partner in Care : Conceptual Grounds for a Necessary Transition », Academic Medicine, April 2015 – Volume 90 – N° 4 – pp.437–441.

[6] Pomey M.-P., Flora L., Karazivan P., Dumez V., Lebel P., Vanier M.-C., Débarge B., Clavel N., Jouet E. (2015), « Le « Montreal model » : enjeux du partenariat relationnel entre patients et professionnels de santé », Santé publique, HS, 2015/S1, pp.41-50.

[7] Flora L., Darmon D. Benattar J.-M. (Coord.).(2019), Contribution à l’état de l’art : Retour sur le 1er colloque International en France sur le partenariat de soin avec le patient à partir des communications et écoévaluations. Centre d’Innovation du Partenariat avec les Patients et le Public (CI3P), Université côte d’azur.

[8] Faure S., Halloy A., Karcher B., Flora L., Colazzo G., Barbaroux A., Balez E., Bonardi C. « Polyphonies sur les enjeux du partenariat patient au temps du COVID-19, Revue de Neuropsychologie, Neurosciences Cognitives et Cliniques, revue à comité de lecture, Article accepté, à paraitre.