Quelques informations utiles pour gérer l’impact du Covid19 dans le quotidien ?

La période qui s’est ouverte cette semaine, avec son lot d’incertitudes m’a rappelé à des souvenirs. Ceux portés par les milieux associatifs du VIH-SIDA avec leur fameux slogan «  savoir = pouvoir ». Alors que nous sommes conviés, pour ne pas dire plus, à une période encore incertaine, à vivre confinés, je me suis permis de synthétiser quelques informations utiles, me semble-t-il, dans nos quotidiens. C’est ce dont traite ce second billet de blog de la semaine.

Ce court billet n’a pas pour objet de m’étendre sur un sujet qui est aujourd’hui largement traité. Il est plutôt une invitation à lire et écouter différents résultats de travaux, de plus ou moins longue date, issus de la connaissance, mais également de l’expérience, issus de populations ayant vécu ce que nous sommes amenés à vivre pour un certain temps.

Le premier lien que je vous propose est tiré d’une conférence donnée le 16 mars 2020, à la veille du début du confinement, au Collège de France par le professeur Philippe Sansonetti sur le Covid-19 ou la chronique d’une émergence annoncée, car comme l’introduction l’a remémoré pour un large public, le savoir donne du pouvoir.

Le second lien vers lequel je vous dirige nous permet certainement quelques apprentissages, lesquels pourraient inspirer quelques conduites à tenir et attitudes à adopter à travers une synthèse de la littérature concernant ce que nous apprennent ceux qui sont passés par l’expérience que nous sommes nous même amenée à vivre, des travaux de synthèse menés par Catherine Tourette-Turgis avec qui j’ai collaboré lors du lancement de la première université des patients dans une faculté de médecine en France dès la fin de la première décennie de ce siècle.

Une autre source utile réside dans ce que l’équipe du Centre National de Ressources et Résilience (CN2R) dont je suis le coordinateur du partenariat avec les personnes à l’épreuve de psychotraumatisme.s, a mis à disposition afin de nous donner la possibilité en cette période extra «  Ordinaire » de renforcer notre résilience, que dire aux enfants à propose du corona virus (Covid-19) ? Prendre soin des patients, usagers des services de santé mentale pendant la pandémie ; et préserver le bien-être du personnel de santé lors des épidémies de coronavirus.

Je terminerai cette proposition de ressources mises à disposition par l’association Américaine de psychiatrie qui propose des guides, plutôt à disposition des professionnels de santé (pour les lecteurs anglophones) pour faire face aux impacts sur la santé mentale du développement de cette pandémie de coronavirus Covid-19.

Enfin, pour un hyper concentré de quotidien, je vous invite à lire un article du quotidien le Monde concernant les précautions à prendre vis à vis d’un appareil digital devenu incontournable dans la vie de nombreux, que dis-je par la grande majorité des citoyens français, le téléphone portable voire dit intelligent. Un téléphone si utile en cette période d’isolement que constitue le confinement afin de rester en lien et d’éviter l’anxiété qui peut survenir lorsque l’être humain reste seul avec ses pensées, car nous sommes génétiquement des êtres sociaux pour reprendre cette citation d’Henry Wallon, philosophe et homme politique du siècle dernier :

« l’être humain est génétiquement social »[1]

Génétiquement doit ici être entendu au sens de « constitutivement ».

En conclusion de ce billet, en tant que promoteur, en tant que leader du partenariat de soin avec le patient comme me désignent les nord-américains, et bien que ce ne soit le sujet de cet article, je vous mets à disposition un dernier lien d’un de mes collaborateurs français au Québec, Alexandre Berkesse, avec qui j’ai œuvré et continue d’agir à la direction Collaboration et partenariat patient (DCPP) de la faculté de médecine de l’Université de Montréal et au centre d’excellence du partenariat avec les patients et le public (CEPPP), avec qui nous avons, d’ailleurs, en fin de semaine une réunion afin de déterminer comment mobiliser au mieux de le CEPPP pour accompagner le système de santé au Québec et plus largement au Canada. Un article qui questionne la gestion de la crise sanitaire provoquée par la pandémie au vu de la perspective du partenariat de soin avec le.s patient.s en y proposant des pistes. Une attitude en prolongement de la philosophie de notre approche initiée sur l’ile de Montréal et développée aujourd’hui en France et au CN2R et à partir du Centre d’Innovation du Partenariat avec les patients et le public (CI3P) à la faculté de médecine de l’université Côte d’Azur, à Nice, et plus largement au sein d’une alliance sans frontières initiée lors du 1er colloque sur le partenariat de soin avec le patient l’automne dernier.

REFERENCE BIBLIOGRAPHIQUE

[1] Wallon H. (1976). « Le rôle de l’autre dans la conscience du moi », Enfance, n° spécial Henry Wallon

Nécessaire adaptation de l’action de l’UniverCité du Soin et du centre d’innovation du partenariat avec les patients et le public (CI3P)

Les évènements qui affectent actuellement la France mais plus largement le monde, amènent à repenser la programmation des actions prévues à l’arrivée du printemps. Toutefois, les dernières innovations mises en œuvre et les prochaines grandes actions envisagées sont le cœur de ce billet de clôture de l’hiver 2020.

INTRODUCTION ET CONTEXTE

Alors que le début du mois de mars nous a permis de poursuivre un enseignement, initié lors du dernier l’exercice académique auprès des étudiants des 4ème, 5ème et 6ème années de médecine, tout en intégrant un élément de l’ouvrage Médecins, soignants osons la littérature : un laboratoire virtuel pour la réflexion éthique, publié l’an dernier (auquel quelques membres du CI3P (Barrier par Benattar & Flora, 2019) [1] et de l’UniverCité du Soin (Winckler par Benattar & Desserme, 2019) [2] tout comme une étudiante de la formation donnant lieu au Diplôme Universitaire Art du Soin (Pennac par Sagaert, 2019) [3], une formation primée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche par le prix PEPS en 2018) dans le processus pédagogique (Cabral, Mamzer, 2019) [4], et de nous introduire dans un nouvel enseignement obligatoire sur la sécurité du patient et la pharmacovigilance délivré aux étudiants de 5ème année de médecine, nous finalisions une semaine du partenariat de soin avec le patient dans les premiers jours du printemps, lors de la semaine chevauchant mars et avril comme nous l’avions déjà annoncé dans un précédent billet de ce blog.

L’impact de la pandémie qui touche notre pays actuellement nous amène donc à reporter à une date inconnue un événement que nous avions dans un premier temps envisagé de proposer en multimédia autour d’un petit comité d’acteurs impliqués. Cependant la vitesse de contamination nous a décidé à un report pur et simple de cet événement. Cette semaine devait aborder le numérique et le partenariat à travers ces enjeux, forces et limites avec la laboratoire de recherche interdisciplinaire en partenariat avec le patient RETINES (Risques, Epidémiologique, Territoire, INformation, Education et Santé) et le CI3P de l’Université côté d’azur ; un questionnement sur le patient contemporain avec le LAPCOS (Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitive et sociale) et le CI3P, de l’Université Côte d’azur ; le partenariat et l’esprit critique Niçois (L’esprit critique Niçois est une action menée par les étudiants en médecine) et le FORMINDEP ; Un séminaire atelier permettant de questionner si l’éducation thérapeutique du patient est vecteur favorable de partenariat de soin avec le patient avec l’Association François Aupetit (AFA), le CI3P et une équipe de formation à l’éducation thérapeutique du patient, le 3ème séminaire international de médecine narrative organisée par la Maison de la Médecine et de la Culture (MMC), en partenariat avec le programme des humanités médicales dirigé par Maria Jesus Cabral de l’Université de Lisbonne au Portugal avec la participation de Marie France Mamzer du département de la faculté de médecine de Descartes, Université de Paris, cette année consacrée à la greffe et conclu par une rencontre-ciné-débat également organisée par la MMC autour de la greffe, mais ce n‘est que partie remise à une période plus propice aux rassemblements.

UNE ACTION QUI S’ADAPTE MAIS SE POURSUIT

Une période post-pandémie espérons le que nous préparons déjà avec l’organisation de ce début de semaine au cours de laquelle le premier comité scientifique du 2ème congrès international sur le partenariat de soin avec le patient, qui, en prolongement du 1er colloque tenu à Nice en octobre dernier, à Toulouse à l’Université Jean-Jaurès les 16 & 17 septembre prochain. Un appel à communication sur le sujet devrait être lancé dès la semaine prochaine. L’automne prochain devrait également être l’occasion d’un colloque pré-organisé en fin de semaine dernière, la veille de l’annonce de fermeture des lieux publics non indispensables, sur la place du patient dans le système de santé co-organisé avec le tout nouveau Centre de Recherche Juridique de Paris 8 (CRJP8) et le Centre d’Innovation du Partenariat avec les patients et le Public (CI3P) dont l’ambition est le développement de recherche en droit permettant un état des lieux du cadre juridique pour le développement de l’empowerment des patients et plus largement du partenariat de soin avec le patient et de développer le cadre juridique de mobilisation de patients servant l’intérêt général. Un colloque qui aura lieu le 16 octobre 2020 au centre de recherche de l’Université Paris 8 – Paris Lumières.

DES INNOVATIONS RÉCEMMENT MISES EN ŒUVRE

Le mois de mars a cependant donné lieu à une nouvelle introduction de patient formateur, et même d’un tandem de partenariat médecin-patient dans un séminaire sur la sécurité des soins et la pharmacovigiliance auprès d’étudiants médecine de 5ème année, comme nous l’avons déjà signalé en introduction, mais également une autre innovation pédagogique. Elle mobilisait la littérature à travers la synthèse de ce qui donna lieu à une scène de la pièce de théâtre Wit ayant reçu le prix Pulitzer avant de donner lieu à un film déjà programmé tant en éducation populaire en santé à travers les rencontres-ciné-débats organisé par la MMC qu’au sein de la formation à l’Art du Soin co-conçue avec la MMC et le département de médecine générale de la faculté de médecine aujourd’hui coordonnée par le CI3P.

Le texte (Edson par Cabral, 2019) [5] envoyé en amont de l’atelier de la clinique du galet (Chansou, Benattar, 2019) [6] et lu par les étudiant.e.s de médecine de 4ème, 5ème, 6ème année et les étudiant.e.s en sciences infirmières de 3ème année de l’institut de formation de la croix rouge.

Illustration_PP_Nice_Book2019

Il fut, au début de la séquence pédagogique joué par une comédienne et une étudiante en psychologie dans le cadre de cette clinique du galet sur l’ « Annonce de la maladie grave » sous forme de théâtre forum.

Des étudiants se sont ensuite exposés en rejouant, à partir de leurs connaissances et apprentissages, au délicat Art de l’exercice du Soin dans le cadre d’une annonce de maladie. Au fil des critiques et commentaires émis par les étudiants, plusieurs mises en situation permirent à différents étudiants de pratiquer puis les situations et les échanges furent commentées par des patients formateurs (Flora, 2012 [7]; 2015 [8]) et un médecin du CI3P, avant que ceux ci ne reprennent les messages clés en conclusion.

Une mise en œuvre qui démontre bien de l’utilisation de moyens pédagogique créées avec la participation active de membres CI3P et plus largement de l’UniverCité du Soin tel l’ouvrage Médecins, soignants osons la littérature : un laboratoire virtuel pour la réflexion éthique, les ressources humaines recrutées pas le CI3P que sont les patients formateurs au sein du cursus de médecine et de sciences de la santé. Un atelier dont les étudiants ont constaté que la formation paramédicale en l’état préparait mieux à l’annonce de maladie grave que les études de médecine, un état de fait sur lequel le CI3P tentera d’agir ces prochaines années en intégrant plus de cours et en proposant des modules pédagogiques préparant à la relation, à l’Art du Soin, à l’exercice médical tout en se mobilisant auprès des étudiants aux autres sciences de la santé.

 

CONCLUSION

 

Si les activités qui permettent de mieux connaître, comprendre et appréhender le partenariat de soin avec le patient vont continuer d’être, comme la majorité des activités de la société, freinées dans les semaines à venir du fait de la pandémie qui continue de se propager, leur mise en œuvre, comme nous venons de le voir avec l’exemple pédagogique présenté, continue de se développer, avec des outils pédagogiques et méthodologiques conçus et adaptés à cet effet, et des projets continuent d’accompagner la dynamique d’interrogation et de transformation dans l’enseignement, les milieux de recherche (sujet du prochain billet de ce blog) et de soins, grâce aux entités récemment lancées (le CI3P, le CN2R), l’alliance sans frontières initiée en octobre dernier et les équipes qui la composent.

REFERENCES

[1] Benattar J.-M., Flora L. « Philippe Barrier, autonormatanivité et créativité : la leçon du handicap », dans l’ouvrage (Dir. Cabral M., Mamzer M.-F.). Médecins, soignants osons la littérature : un laboratoire virtuel pour la réflexion éthique. éditions Sipayat, pp. 30-32.

[2] Benattar J.-M., Desserme R. (2019) « Vivre, partager, faire l’expérience de l’hôpital avec Martin Winckler dans la chœur des femmes,  dans l’ouvrage Mamzer M.-F. (Dir.) (2019). Médecins, soignants osons la littérature : un laboratoire virtuel pour la réflexion éthique. éditions Sipayat, pp. 179-182.

[3] Sagaert M., (2019) « « Vivre, partager, faire l’expérience de la perte d’un être cher avec Daniel Pennac « mon frêre » », ,  dans l’ouvrage Mamzer M.-F. (Dir.) (2019). Médecins, soignants osons la littérature : un laboratoire virtuel pour la réflexion éthique. éditions Sipayat, pp. 140-142

[4] Cabral M.-J., Mamzer M.-F. (Dir.) (2019). Médecins, soignants osons la littérature : un laboratoire virtuel pour la réflexion éthique. éditions Sipayat.

[5] Cabral J. M. (2019). « Vivre, partager, faire l’expérience de la mauvaise nouvelle avec Margaret Edson « Wit » », dans l’ouvrage Mamzer M.-F. (Dir.) (2019). Médecins, soignants osons la littérature : un laboratoire virtuel pour la réflexion éthique. éditions Sipayat, pp. 190-193.

[6] Chansou T., Benattar J.-M. (2019) « Enseigner l’Art du Soin par l’art et les savoirs expérientiels avec la participation du patient ». In Flora L., Darmon D. Benattar J.-M. (Coord.).(2019), Contribution à l’état de l’art : Retour sur le 1er colloque International en France sur le partenariat de soin avec le patient à partir des communications et écoévaluations. Centre d’Innovation du Partenariat avec les Patients et le Public (CI3P), Université côte d’azur, pp. 63-77

[7] Flora L. (2012). Le patient formateur : élaboration théorique et pratique d’un nouveau métier de la santé. Thèse de doctorat de sciences sociales, spécialité « Sciences de l’éducation », Université Vincennes Saint Denis – Paris 8, campus Condorcet.

[8] Flora L. (2015), Le patient formateur : nouveau métier de la santé ? Comment les savoirs expérientiels de l’ensemble des acteurs de santé peuvent relever les défis de nos systèmes de santé, Presses Académiques Francophones, Sarrebruck, Allemagne.

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy