À propos de l’auteur du blog

Vivant avec plusieurs maladies chroniques depuis des décennies, j’ai développé avec le temps une expertise aujourd’hui largement sociabilisée. D’un parcours d’intervenant associatif dans le domaine de l’éducation à la santé depuis le début des années 1990, J’ai pratiqué l’accompagnement, voire l’accompagnement thérapeutique et l’information dans les champs de la santé et du droit des malades jusqu’à devenir un praticien chercheur concepteur d’ingénieries de formation et de dispositifs d’apprentissage innovants. C’est ainsi que je suis au fil des années, et des expériences de terrain auprès de différents publics devenu concepteur de programme d’éducation dans le domaine de la santé et/ou de l’accompagnement. Au contour des années 2000, j’ai participé au début de la cité de la santé à la cité des sciences à Paris avec Tu-Tam Nguyen et Olivier Las Vergnas.

Ce parcours m’a amené depuis 2004 parallèlement dans les circuits universitaires en tant successivement qu’étudiant, étudiant chercheur, puis chercheur, enseignant vacataire et coordinateur pédagogique de cursus. Je suis ainsi depuis 2007 intervenu dans différentes disciplines autour de la santé en donnant des cours,  des conférences, en assurant les missions de conseiller pédagogique, de co-directeur de mémoires universitaire, de membre de jury de soutenance et également coordinateur pédagogique de cursus.

La recherche est progressivement devenue une activité essentielle. Elle s’organise particulièrement autour des sciences humaines et sociales (SHS) et plus particulièrement des sciences de l’éducation selon une approche multi référentielle, associé à selon les situations à des chercheurs d’autres disciplines que les SHS, toujours dans le domaine de la santé, à partir du savoir expérientiel des malades dans le système de santé et des interactions qu’il génère avec l’ensemble de ses acteurs.

Par ailleurs, j’ai longtemps représenté la parole des malades au sein de structures de représentants de malades, qui élaborent des partenariats ou aiguillonnent la prise en charge et la recherche scientifique, qu’elle soit publique ou privée. Je me suis pour cela formé successivement sur le terrain par les pairs, par la formation continue, puis lors de  formations universitaires. J’ai au fil du temps, suivi, puis moi-même conçues différentes formations organisées dans les univers : associatifs ; universitaires ; institutionnels et en entreprise.

Ces dernières années, j’ai participé ou initié plusieurs projets novateurs. En 2009, aux côté de Catherine Tourette-Turgis et de la professeure Corine Isnard-Bagnis, j’ai participé au premier DU en éducation thérapeutique du patient, première module de ce qui est devenu l’université des patients au sein de la faculté de médecine de l’université Pierre et Marie Curie – Sorbonne Universités dans laquelle je suis intervenu au début.

C’est également l’année ou se sont formalisées au travers d’une note de synthèse sur les savoirs expérientiels de la vie avec la maladie, un groupe de recherche constitué d’Emmanuelle Jouet, avec qui j’ai commencé à collaborer en 2007 au sein d’une recherche action financée par l’union Européenne, et Olivier Las Vergnas que j’ai rencontré au début des années 2000 sur le projet innovant à l’époque, de cité de la santé à la cité des sciences.

Fin 2010, j’ai commencé une collaboration avec Vincent Dumez, une personne vivant comme moi avec plusieurs maladies chronique et par ailleurs spécialiste de la conduite de changement, au sein du bureau facultaire de l’expertise patient partenaire (2010-2013) puis de la direction collaboration et partenariat patient à la faculté de médecine de l’université de Montréal qui s’est intensifiée avec la montée en puissance du projet mettant en perspective la complémentarité des savoirs expérientiels des patients avec les savoirs des professionnels de la santé et des travailleurs sociaux.

En 2012, J’ai également, en France, participé à la formation des médiateurs de santé pairs en santé mentale avec Alexandre Lunel au sein de l’université Vincennes Saint-Denis Paris 8 Campus Condorcet, une formation adaptée du cursus Information, médiation et accompagnement en santé dont nous étions les coordinateurs.

De 2013 à fin juillet 2015, la collaboration initiée aux détours de cette seconde décennie du 21ème siècle avec l’université de Montréal s’est intensifiée. Après avoir collaboré avec le bureau facultaire de l’expertise patient partenaire (BFEPP) dont les débuts de l’expérience est décrite dans la thèse de doctorat et la publication aujourd’hui accessible aux presses académiques francophone. J’ai terminé fin juillet 2015 ce cycle de collaboration intense durant lequel j’ai été conseiller pédagogique de la direction collaboration et partenariat patient (DCPP), l’héritière du BFEPP, pour reprendre une collaboration selon un rythme plus proche de celui engagé de 2010 à 2013, c’est ainsi que nous préparons actuellement plusieurs modules d’apprentissages de tandems entre patients et professionnels de santé, comme par exemple l’école du partenariat en action ou encore une maitrise de recherche en partages de savoirs de soin.

Entre temps, j’ai contribué, de 2013 à 2015, aux orientations prises par le comité inter facultaire opérationnel (CIO) de l’université qui coordonne les cours de collaboration interprofessionnelle et de partenariat patient de 13 professions de santé et du psychosocial (14 professions depuis la rentrée académique 2015/2016), à la gouvernance au travers de ma participation à plusieurs sous comité de travail et à la mise en place de sessions pédagogique intégrant le référentiel de compétences des patients dans leurs propres soins pour l’ensemble des métiers de la santé et du psychosocial dans cette université, particulièrement au travers des cours en ligne (14 disciplines à compté de  l’année 2015/2016).

Les cours d’éthique clinique ont également été réorganisés, et ce depuis l’automne 2013 dans le cadre d’une collaboration entre le bureau de l’éthique clinique et la DCPP pour ce qui concerne spécifiquement la faculté de médecine.

Toutes ces activités innovantes l’ont été en étant accompagnées de recherches en pédagogie médicale, sur l’impact de ce nouveau paradigme dans les soins au Québec, et sur la recherche en santé au Canada. Une partie de ce que j’ai étudié s’est fait dans le cadre d’un post-doctorat en santé publique à l’institut de recherche en santé publique de l’université de Montréal (IRSPUM) entre 2014 et 2015.

Ces deux années de collaboration intense ont correspondu  à la multiplication de dispositifs pédagogiques (Cours d’éthique clinique, mentorat patient, intégration du référentiel de compétences « patient » dans les cours en ligne pour les étudiants en cours interprofessionnel et partenariat avec le patient), tant dans le cadre de la formation initiale que dans la conception des contenus de l’école du partenariat en santé à destination des milieux d’enseignement, de soins et de recherche.

Ces activités menées des deux côtés de l’Atlantique en terre francophone par la sensibilisation à cette approche auprès des acteurs du système de santé Français dans lequel je continue d’intervenir à différents niveaux, mais aussi auprès des Belges et des Suisses.

Ainsi en France la médiation en santé par exemple, sous la nom de médiation sanitaire devrait par exemple trouver sa place comme nouveau métier de la santé en 2015 par le biais de la nouvelle loi de santé publique, alors qu’une licence pro de médiateurs de santé pair dans le domaine de la santé mental et des addictions est en cours de conception.

Bien d’autres manifestations devraient connaitre une lisibilité dans les mois et années à venir en France, tout comme dans une grande partie de l’Europe et de l’Amérique du nord dont les USA ont, par l’intermédiaire de la fondation Macy’s, proposées des recommandations à partir du modèle de Montréal, selon leurs propres termes.

Une expansion et une lisibilité de ce modèle qui se sont poursuivies par les publications en 2015 : d’un article de fond sur ce modèle dans la revue Academic medicine; d’un article publié dans une revue française de santé publique ; et deux livres sur le sujet dont la publication issue de la thèse.

2016 était consacré à la mise en œuvre, en prolongement de ce qui a été initié en France et démontré au Canada, des avancées pour les soins en France associé à la dimension digitale et le volet d’éducation citoyenne. Ce dernier volet se déploie au travers d’une « UniverCité du Soin » présent sur la toile dont le premier module prend la forme de la Maison de la Médecine et de la Culture. Un projet autre projet novateur développé actuellement en France consiste en un dispositif d’accompagnement par le digital des médecins et des patients alors qu’au Canada s’est coconçu  l’école du partenariat  initié à l’automne 2016 au travers des journées du partenariat patient en action (JPPA)  à partir de la direction collaboration et partenariat patient (DCPP) de la Faculté de médecine de l’université de Montréal et du centre d’excellence du partenariat avec les patients et la population attaché au centre de recherche du centre hopistalo-universitaire de Montréal (CR-CHUM) en partenariat avec la chaire Canadienne du partenariat avec les patients et le public, alors qu’un premier cours en ligne en sciences humaines et sociales (Médecine et humanité) est aujourd’hui accessible à la faculté de médecine de l’université d’Ottawa, capitale fédérale du Canada, sur l’éthique de la sollicitude selon la perspective patient.

Les laboratoires et centres de recherche auxquels je suis associé  :

- Leader du partenariat patient au sein de l’école du partenariat avec les patients et le public, en partenariat avec la direction collaboration et partenariat patient (DCPP) de la Faculté de médecine de l’université de Montréal et du centre d’excellence du partenariat avec les patients et la population attaché au centre de recherche du centre hopistalo-universitaire de Montréal (CR-CHUM) en partenariat avec la chaire Canadienne du partenariat avec les patients et le public.

- Chercheur multi référentiel associé à l’université Vincennes Saint-Denis Paris VIII, Paris Lumière, Campus Condorcet, j’y suis au sein de l’AXE C  » éducation tout au long de la vie » du laboratoire inter universitaire EXPERICE, des universités Paris 8/Paris 13/Pau, France.

- Sociologue au sein du Centre d’Etude des SOLidarités sociales, (CESOL) Paris, France.

- Chercheur associé, membre du comité scientifique du laboratoire du Centre d’Etude et de Recherche Appliquée de Pédagogie perceptive  (CERAP), France/Portugal.

Publicités